Πέμπτη, Νοεμβρίου 09, 2006

Faiblesse

Μια απάντηση-συγγνώμη στην Ιουλιέττα που δεν ξεχνά να μου θυμίζει ακόμα πότε-πότε, πως πρέπει να κοιτώ στα μάτια...


« Il n’y eut rien qu’un éclair jaune près de sa cheville. Il demeura un instant immobile. Il ne cria pas. Il tomba doucement comme tombe un arbre. Ca ne fit même pas de bruit, à cause du sable… »

Tu vois les étoiles noires,
ces sont des rêves.

-garde de silence-
…des rêves?

Des fleurs,
ces sont des fleurs noires
et des épines
sur chaque planète distante!

Pourquoi faire ?
Ces sont des fleurs naïves !

Epanouissement du sang,
c’est pas naïf,
seulement la geste des réflexions suprêmes.

Tais-toi,
et garde tes réflexions maussades !

Pourquoi ?
Pourquoi tu as encore peur des ténèbres ?
C’est moi l’obscure !
C’est moi la peur !

Non, tais-toi !

Allez, rennonce
tes diables,
rennonce moi,
refuse même,
refuse
les œuvres de tes mains !

Non, non, je te refuse jamais !
Jamais…
(c’est comme jamais je ne t’ai vu cruelle…)

C’est juste que je ne puisse pas voir
ma réflexion
sans de lumière…

1 σχόλιο:

Theo είπε...

Εκπληκτικό!